Vous êtes ici



Racisme

Un des principes fondamentaux en matière de droits de l’homme est celui de l’égalité des êtres humains. L’article 1er de la Déclaration universelle des droits de l’homme proclame que « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ». La lutte contre le racisme et l’intolérance est donc une question prioritaire dans le combat pour les droits de l’homme.

L’interdiction de toute forme de discrimination fondée sur l’origine, la nationalité, la « race », l’ethnicité ou la religion, réelle ou supposée, est reconnue comme une obligation dans le droit international et européen. Sur la base des traités internationaux et au fil des ans, la législation antiraciste s’est considérablement étoffée, des actions concrètes ont été mises en place et la France s’est dotée d’un dispositif législatif important pour mieux combattre et punir les diverses formes d’expression du racisme.

Pour autant, l’ampleur des phénomènes racistes n’a pas diminué. Les travaux de la CNCDH démontrent que la lutte contre le racisme reste nécessaire. Et si la répression des auteurs d’actes racistes est indispensable, La CNCDH rappelle qu’une lutte efficace contre ces phénomènes doit essentiellement se faire en amont. Il s’agit avant tout de prévenir et de lutter contre les préjugés et les stéréotypes, en favorisant l’éducation et en développant la formation des acteurs de terrain, en organisant des campagnes d’information.

La CNCDH constate que si elles existent, les initiatives et actions mises en œuvre pour lutter contre le racisme sont dispersées et n’ont pas assez de lisibilité : une perspective globale et intégrée de la lutte contre le racisme doit prévaloir, en ce sens l’affichage d’une réelle volonté politique est nécessaire.

Enfin, il convient de souligner que le terme générique de racisme renvoie à différents comportements ou phénomènes (racisme, antisémitisme, xénophobie, racisme antimusulmans…). La Commission s’attache à traiter le racisme sous toutes ses formes, dans toutes ses manifestations, en fonction des données dont elle dispose et des éléments qui sont portés à sa connaissance par les autorités publiques et par la société civile.