Vous êtes ici

Avis sur l'effectivité du droit à l'éducation dans les Outre-mer. Regard particulier sur la Guyane et Mayotte

AVIS Avis sur l'effectivité du droit à l'éducation dans les Outre-mer. Regard particulier sur la Guyane et Mayotte
Date d'adoption : 06/07/17
Télécharger le documentTélécharger le pdf (1236Ko)
Thèmes associés :
Droits sociaux
Outre-Mer

Avis sur l'effectivité du droit à l'éducation dans les Outre-mer. Regard particulier sur la Guyane et Mayotte

Alors que les pouvoirs publics sont mobilisés pour l’égalité réelle Outre-mer, il apparait essentiel que cette ambition se concrétise dans le système éducatif, des performances scolaires moindres ne pouvant qu’avoir des répercussions négatives sur l’insertion socio-professionnelle des jeunes et le développement du territoire. L’effectivité du droit à l’éducation se pose, principalement, à deux niveaux : d’une part, la scolarisation à proprement parler (I) ; d’autre part, l’accès à une éducation de qualité, prenant en compte les spécificités locales pour la réussite et le bien-être de tous les élèves (II)

Plan de l'avis

Partie I - Lever les entraves à l’accès à l’éducation                    

A. Adapter le calibrage des investissements aux enjeux éducatifs des territoires                              
1. Des infrastructures scolaires insuffisantes, souvent délabrées, et mal réparties                                          
2. Une accessibilité inégale aux services conditionnant l’accès à l’école            
a. Les transports scolaires                                  
b. L’hébergement                                       
c. La restauration scolaire                                   
d. Les équipements et les fournitures scolaires                           

B. Recruter, former, accompagner les personnels de l’éducation                    
1. Un déficit d’attractivité pour les personnels enseignants                       
2.… et les personnels non enseignants                               
a. Une médecine scolaire dans l’impasse                              
b. Des services sociaux débordés et réduits
dans certains établissements à la portion congrue                      

C. Identifier et scolariser sans discrimination les enfants privés d’école                   
1. Qui sont les enfants non scolarisés ?                                
2. Les enfants en situation de handicap                               
3. Les enfants étrangers ou perçus comme tels                          
a. Des pratiques opaques et hétérogènes dans le premier degré                 
b. Un accueil mitigé des mineurs nouvellement arrivés dans le second degré                                      

Partie II. Garantir à chaque enfant une éducation de qualité       

A. Adapter la pédagogie et valoriser les potentiels des élèves                        
1. Un enseignement difficilement intelligible faute d’une véritable prise en compte des langues premières pour entrer dans les apprentissages    
2. Une inclusion insuffisante des réalités ultramarines en milieu scolaire       
3. Le potentiel sportif des jeunes insuffisamment valorisé en milieu scolaire et extra-scolaire                                   

B. Redoubler d’efforts en faveur des enfantsen situation de grande vulnérabilité                              
1. Des enfants mis en danger et des avenirs compromis en raison des défaillances des services publics de base, de l’action sociale et de la protection de l’enfance                                 
2. Un défaut de prise en charge éducative pour les enfants en conflit avec la loi   
3. L’écart culturel entre le monde de l’école et l’environnement familial            

C. Renforcer et adapter les dispositifs de réussite éducative                       
1. La maîtrise des savoirs de base et la lutte contre le décrochage scolaire     
2. Des avancées réelles mais lentes en matière de formation et d’insertion professionnelle                                  
3. Un manque évident d’accompagnement des jeunes mobiles en métropole