Vous êtes ici

Projet de manifeste sur l'universalité et l'indivisibilité des droits de l'homme

AVIS avis
Date d'adoption : 10/09/98
Télécharger le documentTélécharger le pdf (28Ko)
Thème associé :
International

Projet de manifeste sur l'universalité et l'indivisibilité des droits de l'homme

Les Institutions nationales de promotion et de protection des droits de l’homme et les participants aux cérémonies du 50ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme réunis à Paris le 10 décembre 1998 ont tenu à réaffirmer que la Déclaration universelle des droits de l’homme garde aujourd’hui toute sa force et toute son actualité en fixant « l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations ».

Des progrès ont été accomplis, notamment dans les années récentes, pour une pleine prise en compte de l’impératif juridique que représente la protection des droits de l’homme au sein de chaque Etat et leur garantie collective par la communauté internationale. Mais encore aujourd’hui, les violations, souvent systématiques et massives, des droits de l’homme continuent à causer des souffrances intolérables et constituent une atteinte aux principes même de la Charte des Nations unies. Les victimes d’atteintes aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales en souffrent de la même façon, quel que soit le lieu, la région ou le motif de ces exactions. Face à de telles violations, le respect de toutes les libertés fondamentales est inséparable de la garantie effective des droits de l’homme et constitue la condition d’un Etat de droit, d’une société démocratique et d’un développement durable.

Face à l’universalité de la souffrance humaine, les participants affirment l’universalité des droits eux-mêmes. L’universalité et l’indivisibilité des droits de la personne, sur lesquelles repose le système de la Charte des Nations unies - et que la Déclaration universelle des droits de l’homme formule solennellement - sont des principes qui lient tous les Etats qui ont adhéré à la Charte.

Le respect de tous les droits de l’homme - droits civils, culturels, économiques, politiques et sociaux - s’impose, en tous lieux et en toutes circonstances, aux pouvoirs publics comme à tous les individus. Les participants s'engagent solennellement à œuvrer pour renforcer l’universalité, l’indivisibilité et l’effectivité de ces droits. Ils agiront notamment avec détermination auprès de tous les gouvernements afin qu’ils signent et ratifient les pactes, conventions et traités qui ne les lient pas encore, qu’ils renforcent les mécanismes de protection des droits de l’homme et qu’ils veillent à respecter pleinement tous les droits de l’homme en les mettant en œuvre de façon effective et indivisible, partout et à tout moment. Ils redoubleront d’efforts auprès de la société civile afin que tous les droits de l’homme soient connus et reconnus et qu’ils soient effectivement appliqués et respectés par tous.