Vous êtes ici

Défendre en justice la cause des personnes détenues

Date de publication : 21/12/12
Thème associé :
Justice
La CNCDH organise, avec l’OIP et le CREDOF, le colloque « Défendre en justice la cause des personnes détenues » qui se déroulera au Sénat le 25 et 26 janvier 2012. Ce colloque sera l’occasion de faire un bilan des évolutions des droits des personnes détenues.

La CNCDH organise, en lien avec l’OIP et le CREDOF un colloque « Défendre en justice la cause des personnes détenues » qui se déroulera au Sénat le 25 et 26 janvier 2012. Ce colloque sera l’occasion de faire un bilan des évolutions des droits des personnes détenues.

Privation de liberté, la prison ne doit pas être pour autant une privation complète de droits. La CNCDH a pu souligner à de nombreuses reprises le hiatus important entre les droits reconnus en principe aux personnes détenues, et les conditions réelles de leur détention. Cette différence importante s’explique en partie par le fait que, pendant longtemps, le droit n’est pas entré dans les établissements pénitentiaires.

Si le droit entre progressivement dans les établissements pénitentiaires, c’est en partie en raison de l’action de l’Observatoire international des prisons, association membre de la CNCDH, qui a multiplié les recours pour faire évoluer le droit pénitentiaire. Ce colloque est l’occasion de saluer l’action de l’OIP, de faire un bilan des progrès des droits des détenus, et de dresser des perspectives d’évolution.

Le colloque se déroulera vendredi 25 et samedi 26 janvier. Plusieurs tables rondes sont organisées, que ce soit sur l’action contentieuse menée, la défense des droits des détenus en pratique, ou les apports et limites de la défense des détenus en pratique. Une attention particulière sera portée le samedi 26 janvier matin au droit comparé, avec les exemples russes, américains, sud-américain et britannique.

La présidente de la CNCDH, Christine Lazerges, ouvrira le colloque, en compagnie de Cécile Cukierman (sénatrice), Véronique Champeil-Desplats (CREDOF), Me Christian Charrière-Bournazel (Président du CNB), Antoine Lazarus (Président de l’OIP), Serge Slama et Nicolas Ferran. Ce colloque sera l’occasion d’entendre Jean-Yves Monfort, membre de la CNCDH, mais aussi Jean-Paul Costa, ancien président de la CEDH, Françoise Tulkens, ancienne juge et Vice-Présidente de la CEDH, Matthias Guyomar, conseiller d’Etat, Patrice Spinosi, Etienne Noël (avocats), Danièle Lochak, Dominique Rousseau, Martine Herzog-Evans, Frédéric Rolin ou Jacques Chevallier (Universitaires).