Vous êtes ici



Statistiques ethniques

Comment combattre les discriminations, si on ne dispose d’aucun outil fiable pour les mesurer ? En France, certains universitaires et certains acteurs associatifs estiment que la mise en place de statistiques ethniques permettrait de mieux appréhender l’ampleur des discriminations raciales en France et donc permettrait de mieux les combattre. Les opposants à la mise en place des statistiques ethniques soutiennent, quant à eux, que la production et la diffusion de statistiques ethniques iraient à l’encontre du modèle français, méconnaîtraient le droit de chacun à définir son identité, et seraient une menace pour la cohésion sociale.

En parallèle des réflexions menées par diverses institutions et organismes, la CNCDH a conduit des travaux sur mise en place de ces statistiques ventilées par ethnie, mais dans la perspective de pouvoir apporter des éléments de réponse aux instances internationales des droits de l’homme.

En effet, à l’occasion de leur examen de la situation des droits de l’homme en France, ces instances internationales, et notamment le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD) et la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) ont, de manière systématique, formulé des recommandations relatives à la mise en place de statistiques ventilées par « ethnie », afin de pouvoir mesurer l’ampleur des discriminations commises sur le territoire français.

Dans ses travaux, la Commission rappelle son opposition à la mise en place de statistiques dites ethniques, tout en recommandant d’améliorer la connaissance des inégalités en fonction de l’origine des personnes : l’origine devant être qualifiée grâce aux éléments objectifs que sont le lieu de naissance des personnes, leur nationalité ainsi que le lieu de naissance et la nationalité  de leurs parents.