Vous êtes ici



Travail

Dans un contexte de mondialisation de l'économie poussant les entreprises à se maintenir à des niveaux élevés de compétitivité et encourageant les formes de management de plus en plus exigeantes, la CNCDH s’inquiète d’une dégradation générale des conditions de travail. Ainsi, la crainte du licenciement et la multiplication des statuts sur un même lieu de travail facilitent la mise en concurrence des salariés et conduisent à un recul des solidarités.

Le harcèlement moral au travail est une forme spécifique de violence sur le lieu de travail, qui ne doit pas être confondue avec les maladies professionnelles et les accidents du travail, bien qu’elle puisse les provoquer. Ce phénomène se généralise dans le monde, tous contextes économiques et toutes catégories professionnelles confondus. Il remet en cause les principes contenus dans les textes fondateurs des droits de l’Homme et constitue une atteinte à la dignité du salarié, à l’intégrité de sa personne et à son droit au travail. Il met en danger, non seulement l’équilibre personnel, mais également la santé de l’individu et de sa famille.

Le phénomène d’harcèlement moral est complexe, et la CNCDH dénombre plusieurs formes de harcèlement, notamment le harcèlement institutionnel, le harcèlement professionnel et le harcèlement individuel. Les mesures correspondant à du harcèlement peuvent être des vexations, des mises à l’écart, des menaces, des contraintes, des pressions de toute nature, systématiques et répétées, des mesures d’organisation du travail portant atteinte ou provoquant une dégradation des conditions de travail. La CNCDH appelle à une grande vigilance sur le thème du harcèlement moral, et recommande de prévoir des sanctions pénales, des réparations pour les victimes et de protéger les témoins.