Vous êtes ici

Leonid Sudalenko

Pays: 
Bélarus
Date de publication: 
Lundi 10 Décembre, 2018

Leonid Sudalenko est avocat depuis 2002, président de la branche Gomel de l'ONG "Legal Initiative", dont l’objectif principal est de construire un État de droit démocratique en République du Bélarus.

Léonid Sudalenko rassemble et documente des données sur les violations des droits de l'homme dans son pays. Il est spécialisé dans la préparation de communications au Comité des droits de l'homme des Nations unies (un tiers des rapports enregistrés au Comité des droits de l'homme des Nations Unies sur la violation des droits civils et politiques au Bélarus, sont à mettre au crédit de Leonid Soudalenko, et il a porté 84 plaintes individuelles de citoyens du Bélarus devant le Comité des droits de l'homme).

Une avancée pour les droits de l’homme au Bélarus est à mettre au crédit de Léonid Soudalenko : l’adoption en 2016 par gouvernement du Bélarus du Plan interinstitutions des droits de l'homme pour 2016-2019. Ce document est une première dans l'histoire du Bélarus, il vise à faciliter la mise en oeuvre par la République Le jury a tenu a récompensé l’engagement de longue date de Leonid Soudalenko dans une région particulièrement en proie à la censure, à la répression et aux violences.

Le fait que Leonid Soudalenko se mobilise à la fois contre les violations des droits civils et politiques, et aussi pour la défense des droits économiques, sociaux et culturels, a été particulièrement souligné par le jury. Cet engagement répond parfaitement à l’esprit de la Déclaration universelle des droits de l’homme qui affirme l’indivisibilité et de l’interdépendance des droits. du Bélarus de ses engagements internationaux en matière de droits de l'homme.

Leonid Soudalenko est un des leaders de la campagne citoyenne « défenseurs des droits humains contre la peine de mort » au Bélarus. Il milite également pour protéger les droits socio-économiques des citoyens de son pays. Ses actions en la matière notamment auprès des personnes sans emplois, lui ont valu d’être publiquement désigné par les autorités comme un « protecteur des parasites ».

Après la vague de violence qui a suivi l’élection présidentielle de décembre 2010, la situation des femmes et des hommes défenseurs des droits humains s’est rapidement détériorée en Biélorussie et demeure très mauvaise, la répression perdure. Leonid Soudalenko a été victime d'intimidation et de harcèlement, de restrictions de sa liberté d'expression. Il a notamment fait l'objet d’une campagne odieuse de dénigrement et de fausses accusations.