Vous êtes ici

MOVICE

Pays: 
Colombie
Date de publication: 
Lundi 10 Décembre, 2018

Le Mouvement National des Victimes de Crimes d’État – MOVICE est une coalition regroupant plus de 200 organisations de victimes, créée en 2005. MOVICE représente les victimes de divers crimes commis dans le cadre du conflit armé colombien, notamment les victimes de tortures, disparitions forcées, exécutions extrajudiciaires commises par l’État et/ou les agents paramilitaires. (On estime à plus 41 000 le nombre de personnes qui auraient été vicimes de crimes d'État au cours des trente dernières années du conflit.)

Ses axes stratégiques sont : le droit à la justice (plaidoyer, lutte contre l’impunité), la recherche de la vérité et le travail de mémoire (promotion de la création d’une Commission transparence et vérité sur la responsabilité de l’État pendant le conflit armé), la défense de la terre et du territoire (retour des déplacés, réparation contre les expulsions), la réparation intégrale des victimes de crimes d’État, les garanties de non répétition (participation au processus de paix, construction d’écoles de la mémoire).

MOVICE a mis en place des processus d’accompagnement, de formation et de plaidoyer face aux institutions de l’État colombien.

En 2009, le Mouvement a révélé la problématique des exécutions extrajudiciaires considérées depuis dans les médias comme les “faux positifs”. Cette révélation a été fortement diffusée et dénoncée autant au niveau national qu’au niveau international. Depuis, les « faux positifs » sont considérés comme des crimes d’État.

En ce qui concerne l’Accord de Paix entre le Gouvernement National et les FARC, il a été fondamental pour le MOVICE de participer à la construction de la paix. Pendant tout le processus de règlementation, le MOVICE a réalisé 22 actions de plaidoyer devant le Congrès de la République et la Cour Constitutionnelle avec pour objectif de garantir que le Système Intégral de Vérité, Justice, Réparation et Garanties de Non Répétition (SIVJRNR), existant dans le Point 5 de l’Accord de Paix de la Havane, inclurait réellement les droits des victimes comme élément essentiel.

MOVICE s’est affirmé comme un espace de coordination avec une voix unique pour la réclamation des droits des victimes et comme une voix reconnue devant les entités de l’État colombien et également devant certains organismes internationaux.