Vous êtes ici

Avis sur l’initiative française en matière de secours humanitaire d’urgence

AVIS avis
Date d'adoption : 21/04/05
Télécharger le documentTélécharger le pdf (30Ko)
Thème associé :
Humanitaire

Avis sur l’initiative française en matière de secours humanitaire d’urgence

Compétente en matière de « droit et d'action humanitaires » et attachée aux questions liées à la réaction rapide aux catastrophes naturelles ou technologiques, la CNCDH poursuit, à la suite de l'initiative française d'améliorer le secours humanitaire d'urgence, sa réflexion générale sur l'ensemble des enjeux du droit international humanitaire. Elle formule ainsi des observations et recommandations afin d'améliorer le secours humanitaire d'urgence.

Consciente que les mécanismes de secours d'urgence aux victimes souffrent de nombreux problèmes de logistique et de coordination, la CNCDH souligne l'importance d'une synergie entre les différentes capacités de réaction des Etats industrialisés pour surmonter ces problèmes et assurer une plus grande rapidité et efficacité d'action. Elle salue d'ailleurs toute initiative qui irait dans ce sens et demande au gouvernement de la tenir informée de l'avancement des projets afin qu'elle puisse faire connaitre ses positions sur ce sujet.

La capacité d'accéder aux populations et de leur apporter assistance et protection étant primordiale, la CNCDH tient à rappeler qu'elle doit être pleinement assurée et cela même dans le cas de difficultés de plus politiques que techniques.

N'ayant eu que peu de connaissance de l'initiative française, la CNCDH formule des remarques de caractère général qui concernent soit les principes auxquels toute action qualifiée d'humanitaire doit se conformer, soit les aspects plus opérationnels de la proposition. Elle revient ainsi sur l'utilisation de termes qu'elle juge inopportuns et recommande le renforcement de l'inventaire des capacités disponibles en moyens humains et matériels.

Enfin, notant l'importance croissante de la coordination, la CNCDH recommande que celle-ci s'effectue entre les différents mécanismes existants ou en cours d'élaboration, que ce soit dans le cadre de l'Union européenne, des Nations unies ou encore de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Souhaitant une concertation la plus large possible, la CNCDH recommande également à s'intéresser à d'autres mécanismes sur la base des analyses de terrain et des réflexions effectuées par les différents acteurs humanitaires.